Une affiche de propagande de la C.R.A.S.S.E.
Une affiche de propagande de la C.R.A.S.S.E.

La Commune révolutionnaire anarchiste située sous les égouts (C.R.A.S.S.E.) est un réseau informel de communes libertaires qui se trouve principalement dans l'interzone du deuxième et du troisième cercle du demi-sous-sol. Les membres de la C.R.A.S.S.E. se consacrent principalement à organiser leur vie commune selon des principes anarchistes. Certains collectifs de la C.R.A.S.S.E. sont aussi particulièrement actifs dans la lutte contre les fascistes rats-garous et b'lergheumb'lehiens.

La C.R.A.S.S.E. a été fondée par d'ex-livreur·euses de Necromart comme moyen de fuir leur emploi – et la mort certaine et à court terme que cet emploi implique. Elle est idéologiquement très diversifiée : communistes libertaires, insurrectionnalistes, pacifistes, antifascistes, féministes, syndicalistes, mystiques, toutes les tendances de l'anarchisme s'y côtoient, s'y confrontent et s'influencent mutuellement. Elle n'a aucune autorité centrale et toutes les décisions qui impliquent l'ensemble des membres sont prises par consensus, lors de réunions tenues à la Bourse du travail Fernand-Pelloutier d'Interzone. Ces réunions sont toutefois assez peu fréquentes, tant le fonctionnement des divers collectifs de la C.R.A.S.S.E. est décentralisé.

Les anarchistes de la C.R.A.S.S.E. entretient des alliances plus ou moins formelles avec des groupes et des individus en opposition avec l'ordre établi de Vieuholle : Orgasmatron Girls, illégalistes, individualistes, trans-équins. Dans les diverses strates de Vieuholle, les membres de la C.R.A.S.S.E. se consacrent à des activités de propagande, de surveillance et de documentation, de vol et de financement par expropriation et d'appui aux mouvements de résistance et de lutte qui sont compatibles avec leurs propres principes et objectifs.

Le slogan de la C.R.A.S.S.E.
Le slogan de la C.R.A.S.S.E.

La C.R.A.S.S.E. est célèbre pour son slogan : « Vous connaissez le nom, vous savez où nous trouver ». Les membres de la Commune ont l'habitude de l'imprimer sur des cartes de visite qu'iels remettent clandestinement aux personnes susceptibles de devenir des sympathisant·es.