Des traces de pas sur le sol recouvert de poudre bleue
Des traces de pas sur le sol recouvert de poudre bleue

— Et cet intrus a les pieds nus, ajouta Nessos.

— Comment ce salopard de voyeur a-t-il pu entrer dans mon appartement ?

— Nous n'avons qu'à suivre les traces. Essaie de ne pas trop faire lever la poussière, j'ai assez eu de sexe intoxiqué pour aujourd'hui.

J'allumai Tramontina™ et la brandis fermement devant moi. On n'est jamais trop prudente.

— Niveau de charge à 100 % et prête à l'emploi, dit Tina™ sur son ton monocorde habituel.

— Chut ! Nous sommes potentiellement confrontés à un intrus !

— Tu veux dire le cheval avec une tête d'ahuri qui se tient juste à côté de toi ? dit la godemachette.

— Non, celui-là est réglo. C'est l'exterminateur.

— Elle est toujours aussi insultante, cette machette ? demanda Nessos.

— Tu n'as pas idée.

— Allez-y, discutez comme si je n'étais pas là, ne vous gênez surtout pas, commenta platement Tramontina™.

Les traces de pas sortaient de la chambre et se rendaient dans la Bibliotheca Annarca.

— Mes précieux bouquins ! criai-je en me précipitant dans la bibliothèque, Nessos trottant derrière moi.

Les pas menaient directement à une étagère précise. Mon voleur savait exactment ce qu'il cherchait : il n'y avait plus qu'un peu de poussière bleue là où jadis se trouvait ma copie du Rapport Hite.

— NOOOOOON ! Ils l'ont volé ! Mon seul exemplaire ! Les scélérats !

Je n'arrivais pas à croire en mon malheur.

— Qu'est-ce que ce livre a de spécial, la cagoule ? demanda Nessos.

— C'était LE RAPPORT HITE !

— Connais pas.

— La traduction française republiée en 1980 par France Loisirs, en plus ! Une édition rarissime qui m'a coûté mille kwachas zambiens !

Nessos sortit un joint de la poche de sa chemise et l'alluma.

— C'est triste, mais je crois que tu vas t'en remettre, la cagoule.

— Je vois bien que tu n'as aucune idée de ce qu'est le Rapport Hite, pauvre centaure.

— On préfère se faire appeler trans-équins, dit-il en prenant une grosse bouffée de son joint.

Il me le tendit ensuite et je refusai.

— Des millers de gens sont prêts à tuer pour mettre la main sur ce livre et avoir accès aux secrets qu'il contient.

— Wow. Et de quoi ça parle exactement ?

— De la sexualité des femmes des États-Unis dans les années soixante-dix, dit Tramontina™.

Nessos grimaça en retenant la fumée dans ses poumons, toussa un peu, puis dit :

— Si ta godemachette a raison, je ne vois pas pourquoi on s'entretue pour ce bouquin.

— Elle n'a raison qu'en partie. Ce livre contient un savoir terrible qui pourrait s'avérer catastrophique s'il tombait entre de mauvaises mains.

Nessos se pencha pour regarder le plancher à l'horizontale, puis il dit :

— Les pieds de tes mauvaises mains ont laissé des traces qui mènent à ta salle de bain.