La page principale d'Infinite Chatter.
La page principale d'Infinite Chatter.

Infinite Chatter est le principal réseau social du Neuronet, qui appartient et est (à peu près) géré par Necromart. Toutes les Vieuhollois·es ont un compte sur Infinite Chatter, même celleux qui ne savent pas qu'Infinite Chatter existe. En fait, les gens qui ne savent pas qu'Infinite Chatter existe ont tendance à avoir trois ou quatre comptes identifiés à leur nom.

Une publication sur Infinite Chatter s'appelle un « chat » et l'action de publier est appelée « chatter ».

Infinite Chatter se veut un espace de discussion qui favorise la liberté d'expression dans son sens le plus strict, c'est-à-dire que chacun peut harceler et menacer de mort la personne de son choix. La modération se fait en quelque sorte par attrition, quand la victime du harcèlement elle-même quitte la plateforme parce qu'elle n'est pas assez populaire pour être défendue adéquatement par ses pairs. La méthode de l'abandon de la plateforme varie selon les individus : certain·es ferment leur compte, certain·es se suicident, alors que d'autres se font assassiner.

Il existe quand même une modération officielle du site, mais elle sert surtout à limiter les critiques envers Necromart et ses filiales. Le modèle d'affaires d'Infinite Chatter reposant entièrement sur la publicité – et puisque la plateforme appartient à la seule compagnie qui est encore capable d'acheter de la pub – il est tout naturel que tout discours négatif envers elle soit sévèrement réprimé. Une autre source de revenu pour Infinite Chatter est la vente de renseignements personnels au Service de police de Vieuholle, qui se sert de ces données dans ses efforts de réduction des méfaits (c'est-à-dire, l'arrestation préventive de quiconque semble avoir envie de critiquer Necromart ou le SPV).

La vedette d'Infinite Chatter est évidemment son propriétaire (supposé), le multimilliardaire Gob Benzos. Bien qu'il soit à la tête de la seule compagnie qui monopolise l'ensemble de l'économie de la planète, il passe clairement tout son temps à publier des images rigolotes et défendre le droit des rats-garous de faire des menaces de mort parce que, selon lui, « les féministes sont allées trop loin et mon ex est une vraie folle LOL #FreeSpeech ».

Les rats-garous sont très présents sur Infinite Chatter, au point où on se demande si on ne vient pas d'être téléporté dans les égouts quand on arrive sur la page d'accueil. Ce sont en grande partie eux qui imposent la teneur des débats sur la plateforme, grâce à leur nombre et à leur acharnement à répéter sans relâche les mêmes buzzwords. Ils arrivent ainsi à normaliser certaines idées bien à eux – principalement le besoin d'éliminer les individus de catégories sociales qui les déplaisent – tout en jouant les martyrs et les victimes de la répression chaque fois que quelqu'un n'est pas de leur avis ou les traite de ce qu'ils sont (des salopards de fascistes).