La traversée du désert fut longue et le soleil était presque couché lorsque nous atteignîmes enfin l'affleurement rocher où se trouvait le portail collatéral qui menait vers Interzone. Une immense faille verticale traversait le rocher et émettait une vive lumière bleue.

— Je n'aime pas la couleur de ce truc, dit Nessos. Ça m'a tout l'air d'un portail défectueux.

— C'est parce que c'en est un, dit Andrea, qui le chevauchait.

— Me voilà rassuré... soupira le trans-équin.

— Ne vous en faites pas, nous avons traversé ce portail des dizaines de fois et il n'y a presque jamais eu d'incidents, commenta Josiane en se tournant vers elleux.

— Qu'est-ce que tu veux dire exactement, par « presque jamais », demandai-je, inquiète.

— Une fois, un camarade a traversé et nous ne l'avons pas retrouvé de l'autre côté, dit Selma en tirant sur sa pipe.

— Voyons grand-mère, n'essaie pas de leur faire des peurs! ajouta Kiki du tac au tac. Comme le disait Emma Goldman: « la peur n'a aucune utilité sociale ». Tu sais bien qu'il n'est pas mort et qu'on a fini par le retrouver !

— Nu dans un salon de thé de la Cité de Dis, répondit Selma.

— Ah? Je pensais que c'était dans une pizzéria de la Cité de Dis… dit Hugo.

— Si ce n'est pas l'un, c'est certainement l'autre. C'est tout ce qu'il y a cette fucking ville, conclut Selma.

— Voilà pourquoi nous, à la Guilde des techno-plombiers, nous ne recommandons à personne d'emprunter des portails collatéraux, dit Andrea en agitant une de ses tentacules dans l'espoir qu'on prête attention à ce qu'iel raconte. On ne peut pas les calibrer et les traverser est toujours un coup de dés.

— Et…enfin selon ton avis professionnel… tu crois que celui-ci est safe ? demanda Nessos à Andrea qui le chevauchait.

Andrea se pencha vers son oreille et, malicieusement, lui répondit :

— On va bien voir si tes morceaux vont aboutir dans l'étal d'une boucherie chevaline !

— Pfff. Whatever, marmonna le trans-équin.

La suite prouva que Nessos s'inquiétait pour rien, car le passage à travers le portail collatéral fut exactement le même que tous les autres que j'ai faits à travers un portail intégral : synesthésie généralisée, perte de la notion du temps, hallucinations diverses, sensation de sécheresse dans les muqueuses, légère nausée, euphorie sans raison ni objet, envie de faire des acomptes provisionnels à l'impôt. Tous les membres de notre petit groupe émergèrent sains et sauf aux portes d'Interzone.

Je me matérialisai avec mes camarades sur un escarpement rocheux qui surplombait la ville souterraine d'Interzone.

— Wow... me dis-je à voix basse. C'est donc ici que se trouve la fameuse C.R.A.S.S.E...

— Tu connais son nom, tu sais où la trouver, dit Mona en soulageant sa clitamine de sa selle.

Devant moi, les poings contre les hanches, se tenait une fillette d'une dizaine d'années qui me dévisageait de façon espiègle.

— Hey Josiane ! Tu nous ramènes des naufragés du désert ? dit-elle en pointant Nessos, Andrea et moi du doigt.

— Ce sont nos invité·es, Camarade Yana, dit Josiane. Iels vont rester quelque temps avec nous.

— Dis monsieur ! Quand tu auras fini, je peux moi aussi faire un tour de poney ? demanda Yana à Andrea.

— Je ne suis pas un monsieur ! s'écria iel.

— Et moi, je ne suis pas un poney, soupira Nessos. Et toi, descends je te prie, j'ai fini de te donner un lift.

Andrea obéit et débarqua du dos de Nessos en maugréant « Est-ce que j'ai l'air d'un monsieur, moi ?». Josiane, quant à elle, se tourna vers moi et dit :

— Vous êtes formellement invités par les camardes à séjourner à la maison Erich-Mühsam aussi longtemps que vous le souhaitez. Nous sommes très intéressés par ce qui vous arrive et nous pourrions sûrement échanger des informations pour notre bénéfice mutuel !

— On ne voudrait pas abuser de votre hospitalité, dis-je, un peu embarrassée par tant de générosité. Et puis, on a un b'lergheumb'lehien à rattraper…

— Vous ne le trouverez jamais sans les informations que nous avons à vous soumettre, dit Kiki. Comme le disait Emma Goldman: « l'élément le plus violent de la société, c'est l'ignorance ».

— De plus, vous aurez besoin d'équipement avant de poursuivre votre route, ajouta Josiane. Allez, ne vous faites pas prier, la maison n'est qu'à quelques minutes de marche, dans le secteur nord d'Interzone. Ce sera pour vous une occasion de faire une visite guidée de la C.R.A.S.S.E., en quelque sorte.

— Je peux venir avec vous, dis ? demanda Yana.

— Seulement si tu te calmes et que tu cesses d'embêter nos invité·es, dit Kiki. Comme le disait Emma Goldman: « Le crime n'est que de l'énergie mal dirigée ».

— Chouette ! Pour une fois qu'il se passe quelque chose d'intéressant ici ! s'écria la gamine et trottinant devant nous.

Quelques secondes plus tard, elle se retourna et me demanda:

— Dis, camarade, tu me laisseras jouer avec ton canif ?

— C'est de moi qu'elle parle, là? s'inquiéta Tramontina™.