Cyril et Berta, les techno-plombiers, durent sortir l'orgasmatron de sa boîte et entrer les pièces une à une dans la Bibliotheca Annarca parce que la porte était beaucoup trop petite.

— Vous savez, ma petite dame, quand on achète un Orgasmatron, c'est une bonne idée de vérifier à l'avance si on a un endroit pour le mettre et si la porte est assez grande pour le faire passer, dit Cyril sur un ton bourru.

Portant fièrement ma première épibarrière devant mon nouvel Orgasmatron.
Portant fièrement ma première épibarrière devant mon nouvel Orgasmatron.

Elle ne pouvait pas savoir que c'était un si gros appareil, dit Berta en transportant la porte de l'Orgasmatron dans la bibliothèque. Ce n'est pas comme si c'était la première à qui ça arrivait, dit-elle avec sa voix de gentille mamie.

— Vous allez avoir besoin d'une source d'appoint d'énergie pour votre Orgasmatron, pour éviter tout incident de téléportation aux conséquences monstrueuses causé par une panne de courant, dit Cyril.

— Oui, les gens de Necromart m'ont avertie et j'ai acheté un orgonateur.

— Portatif ou résidentiel ?

— Résidentiel. Il est dans le placard de ma chambre.

— Je vais aller le chercher, si vous n'y voyez pas d'inconvénient, dit Berta.

— Je vous en prie, faites, dis-je en souriant.

Ne sachant plus trop quoi faire, je m'appliquai à enfiler correctement mon épibarrière et lorsque ce fut fait, je me préparai une bonne tasse de kwaa pour regarder les techno-plombiers faire leur boulot. Les deux araignées robotisées assemblaient l'Orgasmatron comme si elles dansaient le balai, tricotant adroitement les connexions, faisant des soudures dans une féérie d'étincelles – tout cela en se chamaillant gentiment comme le vieux couple qu'elles formaient. Après une trentaine de minutes, Cyril se tourna vers moi et me dit :

— Voilà ma petite dame, votre Orgasmatron est prêt. Je suppose que vous avez lu le mode d'emploi ?

— Bien sûr ! mentis-je.

— Merveilleux ! dit Berta. On va quand même vous donner les consignes de base. Comme vous le savez déjà, l'Orgasmatron a trois modes qui sont contrôlés avec le bouton de contrôle que voici.

Le bouton de contrôle de l'Orgasmatron
Le bouton de contrôle de l'Orgasmatron

Elle m'indiqua l'emplacement du bouton avec un pointeur laser émergeant du dessus de son habitacle cérébral. Ça n'avait vraiment pas l'air d'être compliqué.

— Le premier mode est le plus simple ; c'est celui de la téléportation. Vous pouvez l'utiliser pour vous rendre à un des huit cent mille portails intégraux compatibles dont vous trouverez la liste géolocalisée ici, dit Berta en pointant l'écran tactile sous le bouton de contrôle. Pour cela, il suffit de mettre le bouton sur la position « Choisir le lieu », taper du doigt sur le portail de votre choix, puis entrer dans l'Orgasmatron. La position « Lieu au hasard » vous envoie, comme son nom l'indique, vers un portail choisi au hasard par la machine. C'est très apprécié par les gens voulant explorer et faire de nouvelles rencontres. Si vous voulez que votre propre Orgasmatron soit ajouté dans la liste des lieux, vous n'avez qu'à vous inscrire ici.

— Got it !

— Vous allez devoir vous créer un compte d'utilisatrice, ce qui en plus vous permet d'utiliser la fonction « Retour à la maison », ainsi que le second mode, qui est celui des rencontres.

— Celui qui devrait vous intéresser davantage, compte tenu de votre métier, dit Cyril.

— Ou vous savez, moi je veux surtout m'en servir pour aller à l'épicerie, mentis-je encore.

— Quoi qu'il en soit, le mode rencontre fonctionne de façon similaire au mode téléportation, poursuivit Berta. Les différentes positions du bouton vous permettent d'effectuer des recherches parmi la base de données des utilisateur·trices intéressé·es à rencontrer un ou une partenaire pour toutes les raisons qui ne nous concernent pas. Et si, comme mon mari semble le croire, vous faites le métier d'Orgasmatron Girl, vous n'avez qu'à placer le bouton sur la position « Relation tarifée » pour que les clients potentiels voient votre annonce et puissent vous contacter.

— Nous ne faisons que le mentionner, car comme vous le savez, solliciter les services d'une Orgasmatron Girl est illégal et nous avons l'obligation de vous dire que nous ne cautionnons pas du tout cette pratique, dit Cyril sur un ton grave.

Après une minute ou deux de silence malaisant, Cyril nous dit :

— Je vous ferais bien un clin d’œil complice, mais je n'ai plus de paupières depuis l'année où les Canadiens de Montréal ont gagné leur dernière Coupe Stanley.

Nous rîmes de bon cœur, puis Berta enchaîna :

— Il ne reste que le mode stimulation à vous expliquer. C'est le plus complexe à utiliser et surtout le plus dangereux, car ses effets dépendent de votre niveau d'excitation, ainsi que de votre état mental et physique. L'Orgasmatron fonctionne par neurostimulation de votre cortex cérébral ; ce que vous devez faire, c'est choisir l'intensité de cette stimulation, puis prendre place dans la cabine. Commencez toujours par le niveau le plus faible de stimulation, surtout si c'est votre première fois ! Vous pourrez augmenter l'intensité une fois la machine en marche. Certains jours, une stimulation faible sera suffisante pour vous procurer des orgasmes multiples, alors que d'autres fois vous ne ressentirez qu'un léger chatouillement.

— Ok !

Je suis très sérieuse. Allez graduellement, parce qu'une intensité trop forte peut entraîner des évanouissements, nausées, dommages cérébraux et même la mort. Nous vous recommandons de ne pas utiliser le troisième mode toute seule et de toujours avoir quelqu'un prêt·e à intervenir en cas d'urgence.

— C'est noté. Basse intensité. Jamais seule.

— Dans ce cas, félicitations encore pour votre nouvel achat, ma petite dame, dit Cyril en finissant de ramasser la boîte et les morceaux d'emballage qui jonchaient le plancher de la bibliothèque. Si vous avez des pépins suite à cette installation, n'hésitez pas à nous contacter.

— Ce fut un plaisir de vous rencontrer, madame Anne, dit Berta.

— Merci pour tout ! Je vous raccompagne.

— Pas besoin, on connaît le chemin, ma petite dame ! dit Cyril sur un ton joyeux.

Cyril, on va devoir avoir une conversation très sérieuse sur la façon dont tu t'adresses aux jeunes clientes, sermonna Berta en suivant son mari.

— Oh, fais donc pas ta pimbêche. Allez, remue tes huit pattes, on a encore une maison à faire !

Je les entendis fermer la porte derrière elleux et je me retrouvai enfin seule avec mon envie irrésistible d'essayer mon nouveau jouet.