Anne repoussant l'attaque des rats-garous.
Anne repoussant l'attaque des rats-garous.

Coïtus interruptus, la cagoule ! cria Nessos en attrapant le tromblon acoustique.

— Shit ! Shit ! Shit ! Shit ! Shit ! cria Andrea, les quatre robo-tentacules déployées et courant dans ma direction, Tramontina™ à la main.

Je me relevai du pneu contre lequel j'étais couchée sur le ventre, je recouvris mes zones érogènes et j'assumai la position de combat. Andréa me donna la godemachette, qui me fit un compte-rendu détaillé de la situation.

— On a affaire à vingt-quatre créatures anthropomorphes armés de machettes et de battes de baseball, en formation typique des rats-garous, dit Tramontina™.

Nessos régla le tromblon acoustique à « paralysie », puis demanda à Andrea :

— Tu as les moyens de te défendre ?

Pour toute réponse, iel fit sortir une lame de chacune de ses quatre interfaces de préhension et les fit tournoyer à vive allure.

— Ces connards sont démesurément en avantage numérique, sinon ils n'oseraient pas attaquer ! dis-je en scrutant la noirceur qui nous entourait.

— À quoi doit-on s'attendre ? demanda Andrea, inquiet·e.

— À des coups bas, de morsures et des insultes racistes, répondit Nessos.

— Ne les sous-estimez surtout pas, ils sont sournois, dis-je à mes camarades, alors que j'apercevais enfin les silhouettes de nos assaillant·e·s qui fonçaient sur nous.

Les rats-garous approchaient en hurlant leurs slogans haineux habituels : « À bas les wokes ! », « Mort aux dégénérés ! », « Dehors les bruns ! ». Étant dans leurs propres terres, ils ne se donnaient pas la peine d'arborer beaucoup de traits humains. La plupart avaient l'air de rats géants avec des traits vaguement anthropomorphes, se tenant sur leurs pattes arrières et arborant sur leur corps divers symboles d'extrême-droite. Ils étaient laids, ils étaient sales et ils étaient hargneux.

L'un d'entre eux, huileux , puant et portant la casquette MAGA bondit vers moi, la machette brandie au-dessus de ma tête. Tramontina™ me fit immédiatement parer l'attaque, puis le repousser d'un coup de pied à l'abdomen, ce qui me permit de lui trancher la tête d'un coup net et précis. J'entendis alors le vrombissement du tir du tromblon acoustique ; Nessos, qui était juste à côté de moi, venait de tirer en direction de deux rats-garous qui tombèrent inertes sur le sable malodorant. Quant à Andrea, je l'entendais faire tournoyer ses lames derrière ma tête de façon menaçante.

— J'en détecte trente autres qui s'approchent du sud-ouest ! me dit Tramontina™ avant de trancher l'abdomen d'un rat-garou qui avait « 14/88 » tatoué sur le front.

Nous repoussâmes vague après vague de rats-garous qui tentaient de nous sauter à la gorge, Tramontina™ tailladant des gorges et des flancs, Nessos assommant tous les fachos qui s'approchaient et Andrea les réduisant en pulpe sanglante. Le sang giclait partout et maculait mon épibarrière. Un rat-garou réussit à grimper sur le dos de Nessos et mordit son bras gauche, ce qui lui fit échapper le tromblon. Deux autres en profitèrent pour mordre ses pattes de devant, ce qui eut pour résultat de faire tomber le trans-équin le flanc dans le sable glauque des égouts. En se lançant au secours de Nessos, Andrea se retourna et un autre facho sauta sur son dos et le fit tomber face contre terre.

La situation devenait critique lorsque Tramontina™ me dit :

— Six cavaliers montés sur des clitamines ! Ils s'approchent de nous depuis le nord-est !