On sonna une cinquième fois à la porte avant que j'eus le temps de répondre. J'avais le visage cramoisi à cause de l'excitation et les cheveux en bataille après avoir enlevé à la hâte mon iCagoule, mais je me disais que c'était sûrement une urgence, alors who cares. J'ouvris la porte et se tenaient devant moi un homme et une femme qui portaient les chapeaux les plus ridicules que je n'avais jamais vus. On aurait dit des champignons, ils avaient l'air d'avoir la même consistance spongieuse et aussi des lamelles en dessous. Il m'a fallu mobiliser toutes les forces de mon caractère pour ne pas éclater de rire tant iels avaient l'air con.

— Bonjour madame ! me dit l'homme au chapeau orange, qui avait à la main une copie de poche du Rapport Hite. Je m'appelle Albus Lepus et voici ma sœur Pudici Mycelia. Avez-vous déjà reçu la mauvaise nouvelle du Seigneur B'lergheumb'leh ?

— La fin des temps approche et sera la consécration de la victoire des champignons sur l'humanité, ajouta la dame qui avait à la main le même livre et un chapeau bleu sur la tête.

— Je n'ai aucune foutue idée de quoi vous parlez, dis-je avec mon tact légendaire.

— Comme il est écrit ici : « Je fréquentais les bars tous les jours et j'étais sexuellement très active quand j'ai eu une infection aux champignons. J'ai eu peur de demander de l'aide, je me disais "qu'est-ce que les gens vont dire?", mais je m'inquiétais pour rien, la pharmacienne m'a prescrit une crème pour les éradiquer et l'a fait avec gentillesse et humanité », lut la dame dans sa copie du Rapport Hite.

— Quel est le rapport ? demandais-je, confuse.

L'homme me montra une page de son livre.

— C'est la mauvaise nouvelle, le message que nous envoie le Seigneur B'lergheumb'leh à travers son livre sacré. Si on applique la méthode herméneutique qu'il nous a transmise pendant le Mould Control, voici ce qui est révélé : « Je fréquentais les bars tous les jours et j'étais sexuellement très active quand j'ai eu une infection aux champignons. J'ai eu peur de demander de l'aide, je me disais "qu'est-ce que les gens vont dire?", mais je m'inquiétais pour rien, la pharmacienne m'a prescrit une crème pour les éradiquer et l'a fait avec gentillesse et humanité ».

— Les champignons vont éradiquer l'humanité, déchiffrai-je à voix haute.

— Voilà l'essence de la mauvaise nouvelle du Seigneur B'lergheumb'leh, dit la dame en souriant.

— Ce n'est pas un peu tiré par les cheveux, votre truc ?

— Regardez autour de vous. Notre espèce est en train de tuer la nature, me dit l'homme en orange.

— La nature a donc chargé les légions fongiques du Seigneur B'lergheumb'leh d'exercer sa vengeance. Vous allez bientôt mourir, comme tout le reste des habitant·es de la ville, ajouta la dame sans arrêter de sourire.

— Ce n'est pas rigolo du tout votre truc, dites-donc. Et c'est quoi votre solution, au juste ?

— En vous joignant aux b'lergheumb'lehiens, vous préparez la victoire finale des légions du Seigneur B'lergheumb'leh, tout en vous assimilant à l'espèce supérieure.

— Attendez… Ce n'est pas toute l'humanité qui a causé l'extinction du vivant, c'est la bourgeoisie capitaliste. Vous allez vous attaquer aux opprimé·es pour les punir de se faire exploiter par le système économique de leurs maîtres ? Vous êtes des genres d'éco-fascistes, c'est ça ?

— Nous préférons nous qualifier d'éco-catastropho-capitulationnistes, dit la dame avec le même fucking sourire au visage.

— My gode. Juste ces trois mots... c'est tout un programme.

— Si vous voulez en savoir plus, nous tenons une séance d'information ce soir au centre communautaire, dit l'homme en orange en me tendant un bout de papier.

— Sans façon, j'ai prévu une soirée consacrée exclusivement à me branler, dis-je en fermant la porte.

— Prenez au moins notre dépliant, au cas où vous changeriez d'idée !

— Allez-vous enlever votre bras de ma porte, si je prends votre propagande à la con ? demandais-je.

— Oui, mais ça ne changera rien au fait que vous allez bientôt mourir.

— Marché conclu, le weirdo, dis-je en prenant le dépliant.

L'homme leva le pouce, puis enleva son bras pour me laisser fermer la porte. J'allais enfin pouvoir retourner à mes centaures bien membrés.