Je n'étais pas peu fière de mes premiers pas dans le métier et je me suis dit que je méritais de me récompenser et de me faire un peu plaisir. J'ai toutefois voulu partager mon enthousiasme avec Wanda, que je décidai d'appeler sur-le-champ. Je composai son numéro sur Braintime. Dès que la neuroconnexion fut établie, un message publicitaire se mit à jouer dans mon cerveau :

Vous n'avez pas encore de portail intégral à la maison ? Vous vous sentez mis à l'écart de vos parents et ami·es qui ne peuvent plus venir vous visiter de façon rapide et pratique ? Vous avez l'impression de passer à côté de la plus grande expérience humaine de notre siècle ? N'attendez plus tout·e seul·e, abandonné·e sur la voie de service du progrès et procurez-vous le portail Televisit®. Grâce au portail Televisit®, vous pourrez projeter vos molécules à travers l'espace-temps en toute confiance de façon sécuritaire et hygiénique. Ne soyez plus en retard sur votre époque et procurez-vous le portail Televisit®, en vente exclusivement sur Necromart.

Lorsque la publicité fut terminée, Wanda répondit :

— Allô darling ! Alors ? C'est fait ?

— Vouiiii ! Les techno-plombiers l'ont installé dans la bibliothèque, finalement.

— Marvoulousse ! Il ne te reste plus alors qu'à t'ouvrir un compte sur le site d'Orgasmatron.

— C'est déjà fait !

— Tu es donc officiellement une consœur Orgasmatron Girl !

— Je suis tellement excitée que je pense que je vais m'offrir un cycle de mode stimulation.

— You go girl ! Fais-toi plaisir, mais attention à ne pas exagérer… surtout que c'est ta première fois. As-tu lu le mode d'emploi ?

— Oui, je l'ai lu avec full attention... mentis-je.

— Dans ce cas, suis scrupuleusement ce qu'il recommande. On se voit toujours à Lustpark à 19h00 ?

— Oui ! Je t'attendrai à l'entrée principale.

— Parfait ! À plus, chérie !

— Kiss-kiss !

Après qu'elle eut raccroché, j'inspectai le bouton de contrôle de l'Orgasmatron. Ça n'avait pas l'air compliqué du tout.

J'avais le choix entre cinq réglages :

Le bouton de contrôle.
Le bouton de contrôle.
  1. Oh.
  2. Oh !
  3. OH OUI !
  4. AHHHH AHHHH !
  5. Anévrisme et mort clinique

Je me suis dit que la mort clinique était probablement un peu trop risquée pour une première fois, alors je m'installai confortablement dans l'habitacle de l'Orgasmatron et réglai le mode stimulation au quatrième réglage.

La suite est un peu confuse dans mon esprit. D'abord, j'ai ressenti un léger picotement dans mes extrémités, le bout de mes doigts et de mes orteils, le bout de mon nez, puis le bout de mes mamelons. Ensuite, une vague de chaleur intense traversa mon corps, irradiant depuis mon sexe jusqu'à la racine de mes cheveux et la plante de mes pieds. C'est alors que je suis frappée par le premier d'une suite incalculable d'orgasmes qui se sont succédés à un rythme effréné, chacun plus intense que le précédent, me laissant à peine le temps de respirer. Encore heureuse que l'Orgasmatron a la réputation d'être parfaitement insonorisé, parce que j'ai hurlé si fort que le SPV aurait sûrement débarqué en défonçant la porte de mon appartement.

Après ce qui m'apparut être une éternité, je me mis à jouir tellement fort que mon esprit fut littéralement expulsé de mon corps. Je pus me voir, hirsute, en sueur, visage cramoisi et écume blanche à la bouche, me tordant de plaisir en criant à pleins poumons. Tout l'univers semblait tourbillonner autour de moi dans un maëlstrom de lumière et de sons unis dans une même ascension vers l'extase.

Ensuite, ce fut le trou noir et l'horreur glacée du vide parfait.

Anne, après avoir abusé du mode stimulation de l'Orgasmatron.
Anne, après avoir abusé du mode stimulation de l'Orgasmatron.

Quand j'ouvris les yeux, j'étais étendue dans mon lit et je vis les visages inquiets de Manny et de Wanda au-dessus de moi.

— Elle revient à elle ! dit Manny, visiblement soulagé.

— Tu l'as trouvée juste à temps, elle aurait très bien pu y passer, dit Wanda en passant sa main sur mon front.

— Qu'est-ce que vous faites ici ? Qu'est-ce qui s'est passé ? arrivai-je à articuler faiblement.

— Nous avions rendez-vous pour l'achat habituel de tes boîtes « perdues » de Necromart. J'ai sonné quatre fois et tu ne venais pas répondre… J'ai tout de suite compris qu'il se passait quelque chose de louche, parce que tu ne quittes jamais le demi-sous-sol. J'ai donc crocheté ta serrure et je t'ai trouvée inconsciente dans ton Orgasmatron, raconta Manny.

— C'est alors que j'ai essayé de t'appeler et c'est Manny qui a répondu, ajouta Wanda.

— Je n'avais jamais utilisé une iCagoule, ce fut toute une histoire, dit Manny.

— Il t'a donc extraite de la machine, installée dans ton lit et je me suis immédiatement téléportée jusqu'ici, conclut Wanda.

— Ohhh... ma tête... dis-je en gémissant.

— Nous t'avons téléversé deux barrettes de néantine pour te faire revenir sur terre, dit Manny en m'aidant à m'asseoir dans mon lit.

— Je t'avais pourtant dit de lire le mode d'emploi et d'y aller mollo pour la première fois ! me dit Wanda sur un ton plein de reproches.

— C'est pourtant ce que j'ai fait, je jure ! protestai-je.

Lire le mode d'emploi, ce n'est décidément pas ta force, commenta Manny.

J'ai vraiment besoin d'un kwaa… soupirai-je en frottant mes tempes.