Un homme trans-équin et une femme trans-équine à la plage.
Deux trans-équins à la plage.

On désigne sous le nom de trans-équins les personnes dont le corps est un hybride entre un humain et un cheval. Il est aujourd'hui convenu que le terme « centaure », qui était jadis utilisé pour les désigner, est un terme injurieux à éviter.

La plupart des trans-équins le sont devenus suite à une exposition répétée et prolongée aux poisons, pesticides, fongicides et produits industriels de nettoyage vendus par Necromart. Voilà pourquoi les membres de la Guilde des nettoyeurs et exterminateurs sont tous des trans-équins et qu'ils forment la majorité de la communauté trans-équine. Le reste des trans-équins sont des individus qui travaillent dans les usines appartenant à Necromart qui produisent ces toxines ou des gens qui ont grandi dans des demeures qui ont été nettoyés ou fumigées avec des doses excessives de ces produits.

La condition trans-équine n'est donc pas d'origine héréditaire, mais bien environnementale. Les hommes trans-équins et les femmes trans-équines sont stériles et ne peuvent procréer. Cela n'empêche pas les racistes comme les rats-garous de les traiter de dégénérés à éradiquer – sans remettre en question l'utilisation des produits toxiques qui causent les mutations trans-équines.